Nouveautés

carre gris Le fabuleux voyage de Tromblon

carre gris Blanche et la dragonne

carre gris Melvin

carre gris Le roi sans couronne

J'aime

Moyenne : 2.3/5 (34 votes)

Recommander à un ami Recommander à un ami


Pour recommander ce texte, merci de compléter ce formulaire.
Tous les champs sont obligatoires









AddInto

Outils

Blanche et la dragonne


Il y a de cela très longtemps vivait une belle et grande dragonne répondant au nom de Smaï. Elle se contentait de voler au gré des vents et se nourrissait essentiellement de gibiers, sans se préoccuper des humains qui, de leur côté, la laissaient tranquille. Or voilà qu’un jour, au premier temps de l’automne, des chasseurs tuèrent accidentellement l’aîné de ses dragonneaux.

Il y a de cela très longtemps vivait une belle et grande dragonne répondant au nom de Smaï. Elle se contentait de voler au gré des vents et se nourrissait essentiellement de gibiers, sans se préoccuper des humains qui, de leur côté, la laissaient tranquille.

Or voilà qu’un jour, au premier temps de l’automne, des chasseurs tuèrent accidentellement l’aîné de ses dragonneaux. Folle de douleur, Smaï la dragonne plongea la région dans la terreur pendant toute la journée, brûlant et dévorant tout sur son passage.

À la nuit tombée, elle gronda à l’adresse des habitants du village des chasseurs :

– À partir de ce jour, je reviendrai chaque année. Vous devrez me remettre un enfant premier-né pour remplacer celui que vous avez assassiné. Si vous ne m’obéissez pas, je vous réduirai tous en cendres !

Puis elle s’envola en un battement d’ailes, tornoya quelques instants au-dessus des toits, et disparu dans le crépuscule.

Pendant plus d’un siècle, il en fut ainsi.

Smaï se présentait le premier jour de l’automne.

– Vengeance ! Donnez-moi un fils premier-né à manger ! hurlait-elle en secouant la tête et en soufflant son haleine nauséabonde et brûlante.

Alors, au milieu des cris et des pleurs des parents effondrés, les villageois terrorisés regardaient la dragonne emporter dans ses griffes acérées le malheureux fils premier-né avant de se fondre dans la nuit.


Pourtant une année…


Copyright © 2006, © 2013 - La tête dans les mots